Grand opening, up to 15% off all items. Only 3 days left
{$article->category->title}}

En RDC et au Mali, l’ONG People In Need montre l’impact des dons au public tchèque

En RDC et au Mali, l’ONG People In Need montre l’impact des dons au public tchèque

Lucie Chlubnová, vous coordonnez le programme humanitaire de l’ONG tchèque People In Need pour la République démocratique du Congo et le Mali. Avant d’évoquer votre travail et les actions entreprises par cette ONG tchèque de première importance, j’aimerais revenir sur votre parcours : qu’est-ce qui vous a amenée à vous engager dans ce secteur ?

Lucie Chlubnová|Photo: People In Need

« Je pense que tout a commencé par mon intérêt pour les langues et les voyages quand j’étais plus jeune. Après l’école, je prenais des cours de français et d’anglais, j’aimais bien voyager. Plus tard, j’ai postulé presque par hasard pour une licence à Brno, à l’Université Mendel. C’était une licence de relations internationales mais très axée sur les pays en développement. J’ai vraiment adoré la problématique, le fait que ce soit multidisciplinaire, avec un peu d’économie, d’histoire, de géographie… Il y a également eu une première possibilité de partir sur le terrain : je suis partie un ou deux mois en Afrique du Sud. C’est aussi comme cela que j’ai décidé de poursuivre mes études en France, à Institut d'études du développement à la Sorbonne où j’ai pu découvrir la matière très en profondeur. C’est un parcours qui met beaucoup l’accent à la fois sur le côté théorique mais aussi pratique, 50% de cours et 50% de cours également mais avec des professionnels. Une fois mes études terminées, j’ai commencé directement à travailler pour People In Need à Prague. »

Entre 2018 et 2020, vous avez vécu sur place, en RDC pour assurer la gestion des programmes de People In Need. Vous disiez que vous aviez passé un peu de temps en Afrique du Sud auparavant, mais quelles étaient vos premières vraies expériences sur le terrain ?

Afghanistan|Photo: People In Need

« J’ai eu plusieurs petites expériences à travers des stages ou des projets que j’ai trouvés moi-même. Auparavant j’avais travaillé pour une petite ONG, Djantoli, basée à Paris : j’ai donc passé deux mois au Burkina. De là, je suis partie avec une autre association d’étudiants en Ouganda quelques mois. Avant de commencer de travailler sur la RDC pour People In Need, j’ai assumé une position de soutien pour leurs projets en Mongolie et en Afghanistan. J’ai travaillé pendant deux mois en Afghanistan. Voilà mes différentes expériences de terrain avant de travailler au Congo et d’y diriger le programme. »

Quand on parle de People In Need on pense spontanément au travail de l’ONG dans le Caucase, mais aussi en Asie centrale, ou plus au sud au Sri Lanka. Mais elle est également présente en Afrique. Depuis quand l’ONG tchèque est-elle présente en RDC, où exactement et quelle est la situation actuellement dans la région où elle se trouve ? Quelles sont ses actions développées sur place ?

« L’ONG People In Need est présente en RDC depuis 2008 où toutes les premières étapes ont été lancées avec les demandes d’enregistrement etc. Actuellement nous travaillons à l’est de la RDC, dans la province du Sud-Kivu, parfois aussi on va aussi au Manyama, une province voisine. C’est une région assez particulière, très touchée par les différents conflits qui durent depuis une vingtaine d’années. Ce sont des conflits de différents groupes armés locaux, de pays voisins. Tout cela avec une situation politique compliquée, la présence de ressources minières naturelles etc. Nous menons surtout des projets humanitaires, plus courts, axés sur la sécurité alimentaire et la nutrition. On travaille beaucoup dans des endroits reculés, en zone rurale. Ce qui va de pair avec beaucoup de défis. Les routes et les infrastructures dans l’est sont très rares. Les voyages et surtout l’acheminement de toute chose nécessaire à la réalisation de notre projet sont toujours un challenge. »

Bukavu, Sud-Kivu, RDC|Photo: EMMANRMS, Wikimedia Commons, CC BY-SA 4.0

C’était un peu ma question suivante concernant les conditions matérielles dans lesquelles vous avez travaillé sur place… Mais peut-être pouvez-vous nous détailler les conditions sécuritaires ?

Sud-Kivu, RDC|Photo: Alphah, Wikimedia Commons, CC BY-SA 4.0

En RDC et au Mali, l’ONG People In Need montre l’impact des dons au public tchèque

« Ce qui m’a marquée le plus, comme sans doute toute le monde, c’est la présence des armes qui est même parfois en ville, dans la rue. Vous pouvez voir des gens qui ne sont même pas forcément des soldats, qui se baladent avec des kalachnikovs. C’est aussi le cas dans certains endroits à la campagne. Quand on travaille, on a des règles de sécurité, il y a des gens qui sont chargés de la surveillance, du renseignement pour connaître la situation sur place. On décide en fonction de cela d’aller ou non à tel endroit ou à tel moment. On travaille en étroite collaboration avec la communauté. C’est très important que celle-ci nous accepte, que les projets soient menés en collaboration avec eux. S’il y a des choses qui risquent de se passer, on est informés et on a le temps de partir éventuellement ou de changer de lieu. Mais on n’opère pas dans des zones de conflit ouvert, plutôt là où il y a eu une accalmie, où dans des zones où les gens se sont réfugiés. »

Qu’avez-vous retiré de cette expérience de deux ans ?

Centre médical d’Irumba, Sud-Kivu, RDC|Photo: Lucie Chlebnová, People In Need

« Bien sûr, ça m’a permis de réfléchir sur mes priorités, d’apprécier davantage ce que j’ai dans ma vie, sur les choses que je trouvais tout à fait normales comme me promener seule le soir par exemple. »

Comment revient-on à sa vie « normale » de tous les jours, à sa vie habituelle en Europe avec les facilités que cela implique ? Etait-ce votre choix après deux ans en RDC ou est-ce une règle établie que de ne rester qu’un certain temps sur place ?

« Il n’y a pas vraiment de règle. On veille beaucoup sur nos employés pour qu’ils soient en bon état psychologique, en forme et contents de leur travail, car oui, il y a beaucoup de défis qui se présentent. C’est individuel : chacun a la possibilité de rester plus ou moins longtemps. Moi, c’était un choix personnel pour ma vie privée. Mais je travaille toujours pour la RDC, j’y retourne régulièrement. Donc ce n’est pas que j’aie été épuisée sans volonté d’y revenir. C’était une expérience enrichissante. Il faut expliquer aussi qu’en tant qu’expatriée, vous n’allez pas vous retrouver pendant deux ans au milieu de nulle part. On a des bureaux dans la capitale de la province. Dans la plupart des cas, vous menez des visites de terrain de deux, trois semaines, ou un mois maximum. Donc même s’il y a des contraintes dans la ville, en ce qui concerne la sécurité notamment, ça permet une vie plus proche de ce qu’on connaît en Europe. Il est également très important pour nous de travailler avec nos employés locaux qui ont une meilleure capacité de travailler avec les communautés sur place : ils les connaissent, parlent la même langue, connaissent les codes et les personnes-clés à aborder. »

Education médical au Centre d’Irumba, Sud-Kivu, RDC|Photo: Lucie Chlebnová, People In Need

C’est important que les personnes concernées soient directement impliquées…

Photo: Zawadi Izabayo, People In Need

« Tout à fait. Nous travaillons aussi sur la capacitation de nos collègues qui assument de plus en plus des positions plus importantes dans l’organisation. Notre but est qu’il y ait de moins en moins d’expatriés car tout sera géré sur place. On a environ 100, 120 employés en fonction des projets en cours, et entre trois et cinq expatriés. La mission repose vraiment sur les employés locaux. Ce sont eux les piliers. »

People In Need est aussi impliqué au Mali où la présence tchèque n’est pas seulement humanitaire d’ailleurs, puisque la Tchéquie participe officiellement à la force européenne Takuba, une mission militaire chargée d’accompagner l’armée malienne. Un des problèmes auxquels fait face ce pays, outre la pauvreté, ce sont aussi les groupes armés radicaux qui sévissent. Dans quelles régions l’ONG est-elle impliquée ? Et quels types de missions y menez-vous ?

Un projet des jardins communautaire et d’irrigation, Kayes, Mali|Photo: Lucie Chlebnová, People In Need

« People In Need vient de commencer le processus d’enregistrement auprès des autorités maliennes. On a déjà bien avancé. Le projet qui est mené est mis en œuvre directement sur le terrain par l’ONG allemande Welt Hunger Hilfe, en coopération avecPeople In Need dans un rôle de conseiller et de suivi. C’est dans la région de Kayes, à l’ouest, à la frontière avec le Sénégal. Nous y effectuons des visites régulières que ce soit moi pour le suivi ou des conseillers de People In Need sur des sujets comme l’agriculture ou le changement climatique. C’est un projet de trois ans qui vient de se terminer. On négocie une extension d’une année, mais ce n’est pas sûr.Le projet est financé par le MAE tchèque. Au début du projet, la région de Kayes n’était pas trop touchée par le conflit du nord mais comme il se propage du nord vers le centre, on observe également de nouveaux problèmes dans cette région aussi, avec des attaques. Donc dans des zones qui étaient plutôt sûres auparavant, on commence à y voir une certaine influence du conflit en cours au Mali. »

Avant Noël, People In Need a publié des vidéos que vous avez réalisées avec des Maliens pour présenter les effets concrets des dons que peuvent faire les Tchèques : c’est d’ailleurs un des projets de l’organisation qui court toute l’année : le « skutečný dárek », le « vrai cadeau ». De quoi s’agit-il exactement ?

Le « vrai cadeau », Kayes, Mali|Photo: Lucie Chlebnová, People In Need

« Il s’agit d’une façon de montrer au public tchèque la réalité de leurs dons, de leur montrer ce qui est fait sur le terrain avec l’argent qu’ils nous envoient. Les thématiques des ‘vrais cadeaux’ sont suggérées par le personnel sur le terrain, comme moi quand j’étais au Congo. On suggère ce qui pourrait être utile sur place et pour lesquels nous n’avons pas de financement de la part des bailleurs institutionnels classiques. Donc si quelqu’un contribue à l’achat d’une chèvre, on veille à ce que le bénéficiaire reçoive quelque chose d’approchant : soit de la nourriture pour les animaux, soit une chèvre justement, soit des soins vétérinaires. C’est une opportunité pour les donateurs de choisir la forme de leur soutien. Nous essayons de partager les témoignages des personnes qui ont reçu ces ‘vrais cadeaux’ pour montrer l’impact des dons et à quel point cela peut changer la vie des gens. Au Mali, on a beaucoup travaillé avec les chèvres et les poissons. C’est accompagné d’autres choses comme des formations de tous types avant de fournir une aide complète et assurer une durabilité. Au Congo, on a beaucoup utilisé tout ce qui est lié à la prise en charge et au traitement de la malnutrition. »

La réalité du terrain confirme-t-elle l’avancée des choses ? Est-ce que vous êtes satisfaite de la manière dont vos actions portent leurs fruits et du passage de relais aux employés locaux ?

Mali|Photo: People In Need

« Quand j’ai visité notre projet au Mali, j’ai pu voir un bel exemple de comment les choses avaient changé. C’est un projet de résilience : on travaille beaucoup avec les agriculteurs et les éleveurs autour de l’accès à l’eau. Des barrages et des puits ont été construits. Au Mali, comme c’est une zone du Sahel, il y a de longues périodes de sécheresse et ensuite il pleut, or les pluies peuvent aussi conduire à des inondations quand la terre n’absorbe pas l’eau assez rapidement. D’où ces aménagements du territoire avec des barrages par exemple. J’ai visité plusieurs endroits où, grâce aux barrages, les différents puits existants étaient remplis et les villageois sont revenus et ont refait vivre le village en plantant de nouveaux arbres pour éviter l’érosion. Au Congo, comme nous travaillons sur la malnutrition, j’ai visité des hôpitaux et j’ai pu voir dans quel état étaient des enfants en arrivant et en sortant. La différence était évidemment incroyable. Ce sont des expériences qui me motivent et qui permettent de voir plus loin, de donner l’espoir que les choses puissent changer à l’avenir. »

Articles Liés

Sous quelles conditions peut-on disposer un jacuzzi gonflable sur sa terrasse ou son balcon ?

Sous quelles conditions peut-on disposer un jacuzzi gonflable sur sa terrasse ou son balcon ?

Découvrez comment enlever le tartre sur les dents de votre chien

Découvrez comment enlever le tartre sur les dents de votre chien

Tondeuse à gazonUne pelouse parfaite !

Tondeuse à gazonUne pelouse parfaite !

quelles sont les mesures du jeu de fléchettes

quelles sont les mesures du jeu de fléchettes