Grand opening, up to 15% off all items. Only 3 days left

Covid-19 : chronologie de la pandémie en Europe - Touteleurope.eu

Covid-19 : la situation en EuropeDepuis le début de la pandémie, l’Europe (UE + Espace économique européen) compte au 2 septembre :- 36 750 802 cas confirmés- 754 921 décès recensés(Sources : European Centre for Disease Prevention and Control, chiffres pour l’UE/EEE + Johns Hopkins University).

Du 19 août au 2 septembre 2021, les Etats membres de l’UE ayant eu le plus fort taux d’incidence étaient :- l’Irlande : 504 nouveaux cas pour 100 000 habitants- Chypre : 496 nouveaux cas pour 100 000 habitants- la Grèce : 412 nouveaux cas pour 100 000 habitants- la France : 403 nouveaux cas pour 100 000 habitants- l’Estonie : 334 nouveaux cas pour 100 000 habitants(Source : European Centre for Disease Prevention and Control)

Au 2 septembre 2021, les cinq pays européens les plus endeuillés depuis le début de la pandémie sont :- le Royaume-Uni : 133 553 décès recensés- l’Italie : 129 093 décès recensés- la France : 114 210 décès recensés- l’Allemagne : 92 140 décès recensés- l’Espagne : 84 146 décès recensés(Russie exclue, sources : European Centre for Disease Prevention and Control + Johns Hopkins University)

3 septembre : La Commission européenne et AstraZeneca parviennent à un accord sur les livraisons de doses en retard

Après de longs mois de bataille judiciaire déclenchée par les retards de livraison accusés par AstraZeneca, l’exécutif européen et le laboratoire anglo-suédois sont parvenus à un accord pour régler leur différend. Ce compromis fixe un calendrier contraignant de livraison concernant 200 millions de doses d’ici au premier trimestre 2022, sur les 300 millions que la société de biotech n’était pas parvenue à livrer à temps.

Face au non-respect du contrat d’achat anticipé, la Commission européenne avait déposé un recours devant la justice belge, qui avait tranché en sa faveur à l’été 2021. Une décision qui n’a donc pas empêché les deux parties de trouver un accord à l’amiable. Si le laboratoire anglo-suédois venait à ne pas honorer les échéances, il serait une nouvelle fois sanctionné puisque le prix de doses serait progressivement revu à la baisse. La commissaire en charge de la Santé Stella Kyriakides a profité de l’occasion pour préciser que cette manne supplémentaire permettra de pallier deux manquements majeurs : “Les taux de vaccination varient considérablement d’un État membre à l’autre et la disponibilité continue de vaccins, dont ceux d’AstraZeneca, demeure essentielle. Et en tant que fervents défenseurs de la coopération et de la solidarité mondiales en matière de vaccins, nous continuerons d’aider le reste du monde.”

31 août : 70 % de la population adulte de l’Union européenne est entièrement vaccinée

Conformément aux engagements qu’elle avait pris, la Commission européenne a annoncé que 70 % des Européens adultes -soit 256 millions de citoyens de l’Union- étaient désormais vaccinés contre le Covid-19.Une “grande réussite” pour la présidente de l’exécutif européen Ursula von der Leyen, et une étape importante dans la quête d’une immunité collective au niveau du continent.

A l’échelle planétaire, l’Union poursuit par ailleurs ses efforts pour une meilleure répartition des doses et pour combler le retard pris par les pays les moins développés en matière de campagne vaccinale. “L’équipe Europe”, composée de l’UE, de ses institutions financières et des Etats membres, a déjà investi 3 milliards d’euros dans le mécanisme COVAX. Un mécanisme néanmoins critiqué pour son manque d’efficacité puisqu’il a seulement permis de distribuer 200 millions de doses depuis sa mise en place.

22 août : Le ministre de l’Education nationale français dévoile le protocole sanitaire à l’école

C’est à l’occasion d’une interview au Journal du dimanche (JDD) ce 22 août que le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer a détaillé le protocole sanitaire qui entrera en vigueur lors de la rentrée, prévue le 2 septembre.

Tous les élèves sont appelés à retrouver les bancs de l’école, en effectifs complets, et devront respecter le port du masque en intérieur ainsi que les gestes barrières. Un cas de Covid-19 devrait entrainer la fermeture d’une classe. Si le taux d’incidence des jeunes est aujourd’hui supérieur à celui de la rentrée 2020, chaque personne peut désormais se faire vacciner dès 12 ans. Une campagne vaccinale tournée vers les adolescents aura par ailleurs lieu dans les établissements.

Au-delà de la métropole, ce protocole pourrait être différent dans les départements d’Outre-mer tels que la Martinique et la Guadeloupe, qui font face à une vague sans précédent de Covid-19 depuis plusieurs semaines.

4 août : La Commission européenne signe un contrat d’achat anticipé pour 200 millions de doses avec le laboratoire Novavax

Alors que les discussions étaient engagées depuis de longs mois déjà, l’exécutif européen a annoncé mercredi 4 août la signature d’un contrat d’achat anticipé avec le laboratoire américain Novavax. Si l’autorisation de mise sur le marché est délivrée après examen du vaccin par l’Agence européenne des médicaments, la firme livrera 100 millions de doses, plus 100 millions de doses supplémentaires en option, le tout réparti entre le dernier trimestre 2021 et la fin 2023. Il s’agit là du septième contrat d’achat anticipé passé par la Commission européenne depuis le début des campagnes de vaccination, lancées fin décembre 2020.

À LIRE AUSSIVaccination contre le Covid-19 en Europe : où en est-on ?

27 juillet : Dans l’UE, 70 % des adultes sont vaccinés avec au moins une dose

Avec 70 % des adultes de l’Union européenne ayant reçu au moins une dose de vaccin en juillet, dont 57 % entièrement protégés, l’Europe fait partie des régions les plus vaccinées au monde. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a profité de l’occasion pour rappeler la dangerosité du variant Delta, qui poursuit sa propagation sur le continent, en encourageant les Européens à se faire vacciner contre le Covid-19.

12 juillet : Emmanuel Macron annonce l’extension du pass sanitaire en France

C’est lors d’une allocution à la télévision que le chef de l’Etat a annoncé plusieurs mesures visant à limiter la propagation du variant Delta en France. Parmi elles, l’extension du pass sanitaire dès le 21 juillet aux lieux de loisirs et de culture, comme les cinémas ou les théâtres, a particulièrement marqué les esprits. Le code QR contenant une preuve de vaccination complète, un certificat de rétablissement de la maladie ou un test négatif devra ensuite être présenté à l’entrée des bars, restaurants, centres commerciaux, avions, trains et établissements médicaux à partir du début du mois d’août. La vaccination est par ailleurs rendue obligatoire pour les soignants et les personnels desdits établissements, sous peine de sanctions.

Covid-19 : chronologie de la pandémie en Europe - Touteleurope.eu

Emmanuel Macron a également annoncé un couvre-feu en Martinique et à La Réunion ainsi que la fin du remboursement des tests PCR dès l’automne, en l’absence de prescription médicale. Une série de mesures qui a poussé les Français à se ruer sur les plateformes de réservations afin de se faire vacciner : avec plus de 925 000 rendez-vous pris sur Doctolib, ce lundi 12 juillet est de loin la journée ayant enregistré le plus de rendez-vous pour une première dose.

À LIRE AUSSIEspagne, Portugal, Malte : des voyages en Europe plus compliqués pour les non-vaccinés

18 juin : AstraZeneca condamné à fournir 50 millions de doses supplémentaires de vaccin à l’UE

Un tribunal de première instance belge a condamné le laboratoire AstraZeneca à fournir 50 millions de doses à l’UE ce vendredi 18 juin. L’entreprise pharmaceutique anglo-suédoise a donc jusqu’à fin septembre pour remplir cette obligation, faute de quoi elle devra payer 10 euros d’amende pour chaque retard de livraison. Bruxelles et AstraZeneca étaient en conflit depuis la fin du mois de janvier 2021 sur cette question, l’UE reprochant au laboratoire de ne lui avoir livré que 30 millions de doses au premier trimestre 2021, au lieu des 120 millions promises.

À LIRE AUSSICovid-19 : victoire judiciaire en demi-teinte de la Commission européenne contre AstraZeneca

13 juin : Le G7 veut fournir un milliard de doses de vaccins aux pays plus pauvres

Après un G7 largement consacré à la pandémie, les dirigeants des puissances économiques ont pris plusieurs engagements sur le dossier, dont celui de fournir plus d’un milliard de doses de vaccins aux pays moins développés. 870 millions de doses seront distribuées via le mécanisme COVAX et le reste sera directement versé sous forme de financements d’ici à la fin 2022. L’objectif affiché est de vacciner 40 % de la population mondiale jusqu’à la fin de l’année, puis d’atteindre 60 % en 2022. De son côté, la France s’est engagée à fournir 60 millions de doses.

Réunis dans les Cornouailles, au sud-ouest de l’Angleterre, les chefs d’Etat et de gouvernement ont également appelé l’OMS à mener une enquête “rapide, transparente, dirigée par des experts et fondée sur des données scientifiques” sur les origines du Covid-19 en Chine.

À LIRE AUSSIG7 : les grandes puissances s’engagent sur les vaccins et le climat

9 juin : Nouvelle étape du déconfinement en France

L’été pointe le bout de son nez en France. Ce mercredi 9 juin, une nouvelle étape du déconfinement atténue plusieurs mesures de restrictions des libertés. Les jauges dans les cinémas et les théâtres sont assouplies et les bars comme les restaurants peuvent à nouveau accueillir des clients en intérieur. Les salles de sport et les piscines couvertes rouvrent aussi, avec une jauge de 50 %. Mesure de restriction incontournable depuis plusieurs mois, le couvre-feu est décalé à 23h, contre 21h précédemment.

Du côté des entreprises, les salariés peuvent progressivement retourner sur leur lieu de travail, selon les accords avec les employeurs concernant le télétravail. La fonction publique passe quant à elle à 3 jours de travail à distance par semaine.

Enfin, le pass sanitaire entre en vigueur pour les évènements réunissant plus de 1 000 personnes, comme les concerts, les salons ou les matchs de foot. Les participants doivent donc se munir de ce document permettant de montrer une preuve de vaccination, un test de moins de 48h ou bien un certificat d’immunité.

8 juin : Le Parlement européen vote en faveur du pass sanitaire

Les eurodéputés ont adopté mardi 8 juin le certificat numérique européen Covid, qui permettra de faciliter les voyages au sein de l’UE tout comme avec l’Islande, la Suisse, la Norvège et le Liechtenstein. Alors que le pass sanitaire est déjà en vigueur dans 9 pays, les Etats européens concernés reconnaîtront le document à partir du 1er juillet.

Gratuit et sans qu’il ne soit obligatoire pour autant, le dispositif contient un code QR qui permet de justifier d’une vaccination contre le Covid, d’un test négatif ou d’une preuve de guérison dans les six derniers mois. Si ce pass sanitaire facilitera les déplacements, en cas de flambée épidémique, les Etats auront toujours la liberté d’imposer des restrictions supplémentaires pour les voyageurs cet été, comme des quarantaines à l’arrivée. Dans ce cas, ils devront en informer la Commission 48 heures à l’avance et le faire savoir aux citoyens 24 heures avant la mise en place de ces mesures. Le vote des eurodéputés valide également une enveloppe de 100 millions d’euros de la Commission européenne en faveur d’une réduction des coûts des tests pour les citoyens.

À LIRE AUSSILes eurodéputés adoptent le pass sanitaire européenÀ LIRE AUSSIPass sanitaire européen : l’essentiel en sept questions

25 mai : Une nouvelle journée de réunion du Conseil européen largement dédiée au Covid-19

Bien que le changement climatique ait aussi été à l’ordre du jour ce mardi, la pandémie et ses conséquences ont une nouvelle fois fait l’objet de discussions entre les chefs d’Etat et de gouvernement. Les Vingt-Sept ont fixé l’objectif de faire don d’au moins 100 millions de doses de vaccin d’ici la fin de l’année aux pays moins développés qui en ont le plus besoin, dans le cadre du mécanisme COVAX.

Quant au certificat numérique Covid destiné à faciliter les voyages dans l’espace Schengen, les dirigeants européens ont appelé à sa mise en œuvre rapide afin de faciliter la libre circulation des personnes. Il devrait être prêt à l’utilisation dès le 1er juillet.

À LIRE AUSSIConseil européen : accord sur le passe sanitaire, divergences sur le climat

20 mai : Le Conseil et le Parlement européen trouvent un accord sur le “passeport sanitaire”

Après plusieurs semaines de négociations, les Etats membres et les eurodéputés ont finalement trouvé un accord sur le certificat numérique Covid, destiné à lever progressivement les restrictions de voyage en Europe. Le document pourra comporter une preuve de vaccination, un test PCR ou un test antigénique ainsi qu’une preuve de guérison du Covid dans les six derniers mois. S’il devrait être disponible au 1er juillet, le certificat ne sera toutefois pas nécessaire pour se déplacer sur le continent.

Parmi d’autres exigences, le Parlement européen insistait sur son caractère provisoire. La durée de vie du passeport sanitaire ne devrait pas excéder 12 mois. Les Etats membres gardent pour leur part une marge de manœuvre sur la mise en place de restrictions supplémentaires à leurs frontières, comme des quarantaines à l’arrivée sur le territoire, en cas de reprise de l’épidémie. Enfin, la Commission européenne mobilisera au moins 100 millions d’euros au titre de l’instrument d’aide d’urgence pour l’achat de tests de dépistage, particulièrement à destination des frontaliers. S’il est adopté en commission des Libertés civiles du Parlement, l’accord passera ensuite au vote lors de la première session plénière de juin à Strasbourg.

À LIRE AUSSIPasse sanitaire : le Conseil et le Parlement européen trouvent un accord

19 mai : Les Etats membres s’accordent pour ouvrir l’UE aux personnes vaccinées

Les dirigeants des Etats membres se sont mis d’accord ce mercredi pour autoriser les voyageurs extra-européens à entrer sur le territoire de l’Union européenne. Ni quarantaine ni test ne seront donc nécessaires pour les personnes ayant reçu les deux doses des vaccins autorisés en Europe. Bien qu’elle soit non contraignante, cette décision devrait être largement suivie afin de coordonner les mesures aux frontières extérieures de l’UE, et de permettre aux touristes étrangers de venir profiter de la saison estivale européenne.

À LIRE AUSSICovid-19 : l’Union européenne ouvre ses portes aux touristes étrangers vaccinés

8 mai : Ursula von der Leyen annonce un nouveau contrat d’achat de vaccins avec Pfizer

La présidente de la Commission européenne a annoncé un nouveau contrat avec Pfizer/BioNTech afin d’acheter jusqu’à 1,8 milliard de doses du vaccin, dont 900 millions en option. C’est le troisième contrat avec l’alliance pharmaceutique, après ceux de novembre et janvier, chacun prévoyant 300 millions de doses. Des livraisons sont prévues jusqu’en 2023.

Dans le même temps, le commissaire Thierry Breton a confirmé le statut quo vis-à-vis du laboratoire AstraZeneca : “nous n’avons pas renouvelé le contrat après le mois de juin. On verra, on regarde ce qu’il se passe”. Il a également réitéré l’objectif de fournir suffisamment de doses aux Etats membres pour faire vacciner 70 % de la population adulte de l’UE d’ici à la mi-juillet.

5 mai : L’administration Biden se dit favorable à la levée des brevets sur les vaccins

C’est un soutien de poids pour les partisans d’une levée des brevets sur la production de vaccins, pour l’instant détenus par les laboratoires qui les ont développés. La représentante américaine pour le Commerce Katherine Tai a déclaré que son “administration croit fermement aux protections de la propriété intellectuelle, mais [que] pour mettre fin à cette pandémie, elle soutient la levée de ces protections pour les vaccins contre le Covid-19″. Une mesure qui suppose une dérogation en matière de propriété intellectuelle au niveau de l’OMC, au moment où certains pays comme l’Afrique du sud et l’Inde, rejoints par une centaine d’États, soutiennent cette proposition au sein du Conseil général de l’organisation internationale.

La Commission européenne a emboîté le pas des États-Unis. “L’UE est prête à discuter de toute proposition qui réponde à la crise de manière efficace et pragmatique”, a déclaré sa présidente, Ursula von der Leyen. De son côté, le président français Emmanuel Macron a fait savoir qu’il était finalement favorable à la levée de la propriété intellectuelle sur les vaccins, après des mois d’opposition à cette mesure, préférant d’abord les dons de doses aux pays pauvres.

4 mai : L’Agence européenne des médicaments entame l’examen du vaccin chinois

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé le lancement d’une “procédure d’examen continu” du vaccin contre le Covid-19 fabriqué par le laboratoire chinois Sinovac. Pour l’instant, seule la Hongrie utilise au sein de l’Union européenne un vaccin provenant de Chine, celui de Sinopharm.

Si quatre vaccins sont pour l’instant validés par le régulateur européen, d’autres pourraient donc franchir les étapes nécessaires à une autorisation de mise sur le marché. Plusieurs produits sont en effet actuellement examinés par l’EMA : les vaccins américain Novavax, allemand CureVac et russe Spoutnik.

3 mai : La Commission veut rouvrir les frontières européennes aux touristes de pays hors UE

La Commission européenne a proposé d’autoriser les voyageurs extra-européens vaccinés contre le Covid-19 à se rendre sur le sol de l’Union à partir du mois de juin. Une décision particulièrement saluée outre-Atlantique, plus d’un an après la fermeture des frontières pour les voyages considérés comme “non-essentiels”. Plusieurs critères pourraient être retenus afin de considérer un pays comme “sûr”, comme la fixation d’un seuil de 100 nouveaux cas pour cent mille habitants sur les deux semaines précédentes.

À LIRE AUSSICovid-19 : après plus d’un an de fermeture, la Commission veut rouvrir les frontières européennes aux touristes de pays hors UE

29 avril : Emmanuel Macron annonce un déconfinement par étapes

C’est dans la presse quotidienne régionale que le président de la République a annoncé que la France allait progressivement alléger les restrictions des libertés sur le territoire. Dès le 3 mai, en plus d’une réouverture partielle des collèges et des lycées, les interdictions de déplacements, en particulier interrégionaux, seront levées. Le 19 mai, les commerces jugés “non-essentiels” pourront de nouveau accueillir du public, tout comme les lieux de culture. Les Français auront aussi le droit de retrouver le chemin des terrasses de cafés et de restaurants à cette date, alors que le couvre-feu sera repoussé à 21h.

Ce n’est qu’à partir du 9 juin qu’il sera possible d’être dehors jusqu’à 23h ou de faire du sport en salle. A ce moment-là, les touristes étrangers pourront revenir en France avec un pass sanitaire. Le 30 juin sonnera la fin des jauges dans les établissements recevant du public et le couvre-feu devrait être supprimé. Au niveau local, la levée des restrictions pourra être retardée en cas de situation sanitaire dégradée.

28 avril : Le Parlement européen vote en faveur d’un “passeport sanitaire”

“Passeport sanitaire”, “certificat vert numérique” ou “certificat européen Covid-19” : s’il a de multiples noms, le principe reste le même : faciliter les déplacements au sein du territoire de l’Union tout en maintenant un haut niveau de vigilance sanitaire. Le Parlement européen a adopté ce mercredi 28 avril sa position sur ce document. Des négociations avec les Etats membres vont en effet se tenir, avec l’objectif d’une mise en place de ce “passeport sanitaire” d’ici à la fin juin. Il devrait contenir un QR code avec trois informations prouvant l’absence de contagiosité de son détenteur : un certificat de vaccination, une preuve que le voyageur est immunisé du Covid-19 après guérison ainsi qu’un éventuel test négatif et récent.

Dans leur position adoptée collégialement les eurodéputés préviennent qu’ils ont un certain nombre d’exigences. Ils souhaitent notamment que le certificat numérique ait une durée de vie maximale de 12 mois et que les Etats membres ne puissent pas imposer de mesures de restrictions supplémentaires, comme des quarantaines obligatoires à l’arrivée sur le territoire. Les eurodéputés veulent également des tests de dépistage “universels, accessibles, rapides et gratuits”.

À LIRE AUSSIAprès le feu vert du Parlement européen, le “passeport sanitaire” se concrétise

26 avril : L’Union européenne attaque AstraZeneca en justice

La Commission européenne et les Vingt-Sept États membres ont annoncé, lundi 26 avril, poursuivre en justice le laboratoire britannico-suédois AstraZeneca pour non-respect des délais de livraison des vaccins. L’entreprise n’a en effet fourni aux Vingt-Sept que 30 millions de doses au premier trimestre, contre 120 prévues initialement, et devrait livrer au deuxième trimestre seulement 70 millions des 180 millions de doses prévues dans le contrat. Cette action en justice illustre bien la réorientation de la stratégie vaccinale européenne au profit des laboratoires produisant des doses à ARN messager tels que Pfizer/BioNTech et Moderna. La Commission pourrait même ne pas renouveler le contrat passé avec AstraZeneca, qui court jusqu’au 30 juin.

Related Articles

При какви условия можете да разполагате с надуваемо джакузи на терасата или балкона си?

При какви условия можете да разполагате с надуваемо джакузи на терасата или балкона си?

Разберете как да премахнете зъбния камък от зъбите на вашето куче

Разберете как да премахнете зъбния камък от зъбите на вашето куче

Косачка Перфектна морава!

Косачка Перфектна морава!

Бабини съвети: 3 съвета за премахване на петно ​​от морава

Бабини съвети: 3 съвета за премахване на петно ​​от морава